L’appel à projets « Art numérique et mobilier urbain » lancé par JCDecaux, Stereolux (espace nantais consacré aux créations musicales et aux arts numériques) et Nantes Métropole en septembre 2018 dans le cadre de la Nantes Digital Week et de l’inauguration de Scopitone, a permis de sélectionner deux initiatives d’artistes, qui prennent vie sur quatre mobiliers digitaux et interactifs déployés pour l’occasion par JCDecaux. Pendant un mois les Nantais et les visiteurs pourront interagir avec ces œuvres.

Le concours visait à favoriser la création, l'innovation et l’échange sur l’espace public, en explorant les nouvelles opportunités créatives des mobiliers numériques.
Un jury technique, composé de représentants de JCDecaux, Stereolux et Nantes Métropole/Ville de Nantes, a sélectionné, en novembre dernier, 2 œuvres parmi les 23 proposées par des artistes ou collectifs artistiques.
 

Les lauréats, Scenocosme avec le projet « Exister » et Screen Club & Superscript² avec le projet « Translate », ont ensuite travaillé en étroite collaboration avec les équipes R&D de JCDecaux pendant plus de 3 mois pour détourner les mobiliers numériques de leur usage serviciel afin de sensibiliser aux arts numériques et accompagner les citoyens à l'usage des écrans.

Les créations sont à découvrir à Nantes du lundi 8 avril au dimanche 12 mai inclus, de 8h à 22h :
-             Aux Nefs
-             Place Graslin
-             Place Ricordeau
-             et au pôle d’échanges d’Haluchère.


Quels sont les projets ? 
 

Le projet Translate, proposé par Screen Club et Superscript (Lyon), revient aux origines de l’art numérique et des premiers algorithmes conçus par les pionniers du dessin généré par ordinateur.

Pensé comme un hommage, et inspiré par des initiatives telles que le Recode Project (projet communautaire visant à préserver le Computer Art en traduisant d’anciens codes en un langage de programmation moderne : le Processing), ce dispositif a pour objectif de faire revivre et de ré-interpréter les expérimentations des pionniers de l’art numérique en leur donnant une dimension interactive et en les transposant dans l’espace urbain.


Cette œuvre est présentée Place Ricordeau et au pôle d’échanges d’Haluchère.
 

Le projet Exister, proposé par Scenocosme (Grégory Lasserre & Anaïs Met den Ancxt – Rhône-Alpes), est une œuvre interactive qui cherche à créer un lien entre un personnage fictif et les passants : le personnage les invite à le prendre en photo afin de la publier sur son mur ou sur d’autres réseaux sociaux. Il semble ainsi gagner progressivement une reconnaissance sociale, bien qu’illusoire.

Il met en œuvre des stratégies pour attirer son public : il interpelle les passants lorsqu’ils s’approchent de lui, les invite à sourire pour engager la conversation, à prendre des selfies avec lui, à le publier sur les réseaux, à faire des pas de danse, à revenir avec plus de monde, à chanter.  Il fait parler quand ce n’est pas lui qui parle et stimule des réflexions sur nos représentations.


Cette œuvre est présentée aux Nefs et Place Graslin.