Le DOOH nativement a hérité de toutes les qualités de la communication extérieure, immédiateté, impact, émergence et proximité avec les audiences.

Il a également hérité de l’exigence créative de ce média, et de la forte responsabilité qui engage les marques dans l’espace urbain. Respecter le consommateur, lui faire confiance quant à sa capacité à comprendre les messages, en s’exprimant de manière ludique, ambitieuse, connivente pour générer une émotion chez le plus grand nombre.
 

Pour grandir le DOOH a emprunté au digital (web, mobile), une forme de modernité qui confère à ce média, devenu dynamique, une nouvelle forme de narration que la contextualisation peut enrichir. Le contenu DOOH se programme sur des plages horaires, des lieux, pour être en affinité avec sa cible. La marque peut adapter son contenu en tenant compte du lieu, de l’audience, mais également des conversations observées sur les réseaux sociaux. Grâce au DOOH la marque peut devenir conversationnelle dans l’espace urbain, et développer un propos qui soit plus en affinité avec le contexte de diffusion, en interpellant et sollicitant le consommateur.
 

La contextualisation est une opportunité forte pour les annonceurs. L’utilisation d’un flux, d’une data, d’une donnée ancre la marque dans une réalité immédiate et lui permet de s’adapter à toutes les situations. La marque peut être polymorphe et s’adapter en fonction des besoins. De servicielle, elle peut devenir ludique et divertissante, pour changer une nouvelle fois de forme et devenir promotionnelle.

D’un média froid cela devient un média chaud capable de s’inscrire dans le quotidien des gens dans l’espace urbain.