Acteur de la ville et de la mobilité, JCDecaux suit avec intérêt le retour des français vers une vie “normale” depuis la fin progressive et encadrée du confinement le 11 mai dernier. Chacun aura pu constater dans son quotidien que la rue et l’espace public sont [re]devenus les lieux de vie et de convivialité. Et les français circulent à nouveau pour se rendre au travail, faire leurs courses, pratiquer leurs loisirs et rencontrer leurs proches et leurs amis.

Comprendre comment les choses évoluent par un bon usage de la donnée est l’objectif de cette publication « JCDecaux Mobility Tracker » qui sera régulièrement actualisée. Les équipes Data JCDecaux analysent différents types de données “ouvertes“ et accessibles grâce aux initiatives des villes, ou privées par les partenariats noués par l’entreprise. A l’heure où le Covid-19 se fait plus discret dans le pays, après deux étapes importantes les 11 mai et 2 juin derniers, nous vous proposons une première lecture de la situation de la reprise de la mobilité.

Reprise des mobilités à un niveau de 87% au 7 juin selon l’indicateur « Mobility Tracker » de JCDecaux

Ce constat est lisible à travers les principales informations ci-dessous

Depuis le 11 mai, date du déconfinement, les déplacements des citadins ont repris et croissent semaine après semaine. Selon les données AdSquare au 7 juin, plusieurs villes enregistrent des déplacements supérieurs à la période précédant le confinement, comme Marseille : +27% ou Lille : +8%. D’autres retrouvent des niveaux proches de la normale comme Lyon (plus de 91%), Nantes (plus de 81%) et Strasbourg (plus de 87%). A Paris, où le télétravail est encore largement pratiqué, les déplacements se restaurent plus progressivement : 70% vs normale. Le reste de l’Ile-de-France est au-dessus de 75%, dont les Hauts-de-Seine à 88%.
 
 Source : JCDecaux / AdSquare au 7 juin 2020

En moyenne, les villes françaises retrouvent un indice de mobilité qui approche une valeur de 87 dès les derniers jours de Mai (vs une base 100 pour des jours comparables sur la période avant confinement). Et ce, avant même la réouverture des bars, cafés et restaurants, des collèges et lycées en zone verte ou de la levée de la limite de déplacements à plus de 100 km du domicile.
 
Source : AdSquare. Indice 100 = moyenne des flux AdSquare sur 5000 POI urbains JCDecaux en France entre le 24/02/2020 et le 13/03/2020 – jours comparables
 

Profitant certainement des beaux jours et de bonnes conditions de circulation, le vélo, à Paris, est devenu une alternative forte aux transports en commun : indice 150 dès le 11 mai, vs la moyenne des flux mesurés entre le 24/02 et le 13/03/2020, indice 300 au 31 mai 2. Un phénomène équivalent est constaté dans les autres villes analysées sur la base d’un échantillon de systèmes de vélos en libre-service gérés par JCDecaux (Amiens, Mulhouse, Nancy, Nantes, Rouen et Toulouse).
 
Source : OpenData Paris capteurs vélos. Indice 100 : moyenne des flux mesurés par les capteurs vélos entre le 24/02/2020 et le 13/03/2020 (Moyenne 7 derniers jours)
 
 
Source : Données VLS JCDecaux France. Indice 100 : taux de rotation moyen observé le 7/05/2020
 

Alors que les Parisiens privilégient les transports individuels (vélo et voiture), les autres grandes villes françaises voient une très forte fréquentation des transports en commun à Bordeaux, Lyon, Toulouse ou Marseille. En moyenne l’usage des transports est supérieur de 50% à la normale (période pré-confinement). Source apple.com/covid19/mobility

La circulation des Français en véhicule personnel poursuit sa progression selon l’indice Mob.index : la semaine dernière (du 1er au 7 juin), par exemple, sont constatés +10% à Paris vs la semaine précédente et de +12% à Lyon. Comparé à la dernière semaine de confinement (du 4 au 10 mai), le trafic a désormais largement doublé dans la quasi-totalité des villes mesurées : +145% à Paris, +121% à Lyon, +110% à Marseille, +103% à Lille (cf illustration). Une analyse par tranche horaire fait apparaitre des hausses moyennes encore plus prononcées l’après-midi, qu’en matinée.
 
L’indice Mob.index de Mobimétrie repose sur les données de densité de trafic fournies par HERE Technologies, puis retraitées et analysées par Ipsos. Elles sont collectées à partir de signaux GPS de véhicules individuels et de flottes commerciales en circulation. 
 
Cette reprise rapide et soutenue des déplacements urbains s’accompagne d’un redémarrage accéléré du commerce.
Depuis le 11 mai, la rue et l’espace public sont redevenus des lieux de vie et de convivialité. En France, le commerce reprend ses droits. Dans sa mise à jour du 4 juin, le baromètre « mytraffic » montre une fréquentation des magasins qui progresse de 52 points entre le 9 et le 30 mai, avec une tendance nationale revenue à -26% fin mai (par rapport à l’indice de référence : moyenne du 1er janvier au 15 mars 2020). Les supermarchés ne sont plus les seuls lieux fréquentés par les Français, comme le prouve leur retour à un indice 100 à fin mai, indice qui avait atteint un pic à 121 la semaine précédant les annonces de confinement.
Source : mytraffic - 9/06/2020