Ville : Devenir un designer urbain avec un tweet

La collaboration participative est devenue un vecteur incontournable dans la construction des smarts cities de demain. Une récente campagne d'IBM et d'Ogilvy Paris renforce le pouvoir des idées citoyennes, sollicitées par les villes comme par les marques par Benjamin Adler
 
« Impliquer le public et les citoyens est indispensable. Très peu de gens savent comment s'y prendre. Il faut qu'on utilise au maximum et de manière innovante les réseaux sociaux et les nouvelles technologies pour amener plus de gens dans le débat ». Le 10 juin dernier, Exploration donnait en exclusivité la parole à Matt Petersen, le premier Chief Sustainable Officer de l'histoire de Los Angeles. Dans son bureau de la mairie de la cité des anges, l'ancien patron de la puissante ONG Global Green USA nous confiait sa foi dans les leviers digitaux participatifs comme vecteurs de changements par l'éducation et la conscientisation populaire sur le réchauffement climatique. Cinq jours plus tôt lors de la Journée mondiale de l'environnementOgilvy Paris et IBM lui avaient indirectement donné raison. 
 
Pendant quatorze heures consécutives sur Twitter, la plate-forme d'IBM People 4 Smarter Cities a sollicité les solutions innovantes de citoyens à travers le globe pour relever les défis de l'utilisation des ressources par les smart cities. Sur le même principe que le projet nord-américain LA2050 de la Fondation Goldhirsh, cette campagne interactive Sketch Backs, puise donc dans le vivier participatif pour apporter des réponses crédibles et réalisables aux questions essentielles sur la ville de demain. Le mobilier urbain fait partie évidemment des solutions sine qua non pour un mieux-vivre ensemble.
 
Pour renforcer le caractère concret en pouvant visualiser les idées tweetées par madame et monsieur-tout-le-monde, Sketch Backs a demandé à deux artistes de la Miami Ad School de dessiner en temps réel les posts envoyés avec le hashtag #SketchBacks. Au total ce sont 40 croquis qui ont été produits pendant la journée, trois ont été récompensés par un panel d'experts le 24 juin et l'idée la plus retweetée a, elle, été élue « Choix du peuple ». Les quatre lauréats ont été exposés sur le site de People 4 Smarter Cities et le studio Hort Design leur offre l'honneur d'une illustration professionnelle.

Exploration_Ville

Internet, le premier vecteur d'éducation
 
« Les études montrent que si nous continuons de consommer les ressources naturelles au rythme actuel, d'ici 2050 nous aurons besoin de trois planètes pour continuer de vivre comme aujourd'hui. Cette campagne participative a été conçue pour exploiter le pouvoir de l'action collective comme facteur de construction des villes intelligentes de demain. Nous possédons la technologie et le talent pour implémenter le changement mais IBM cherchait des nouvelles idées créatives pour booster le processus », explique Ogilvy Paris sur la plate-forme dédiée du géant de l'informatique.
 
Avec plus de la moitié de la population mondiale désormais résidente en ville, le design urbain, les énergies renouvelables, la versatilité des espaces publics et des matériaux innovants peuvent tous optimiser l'expérience citadine. Et chaque citoyen dispose de la capacité à influencer lui-même la façon dont nous, êtres humains, utilisons les ressources. Dans ce contexte, Twitter devient une plate-forme de discussion et de collaboration sur laquelle tout le monde peut faire entendre sa voix. Et sur laquelle les villes elles-mêmes se reposent pour administrer leurs services publics.
 
C'est le cas, par exemple, de Compton en Californie et de Grenade en Espagne, comme l'explique un article publié le 2 juillet par le quotidien britannique The Guardian. Dans un entretien exclusif accordé à INfluencia, Chris Moody, le monsieur Data de Twitter, explique justement l'impact de l'oiseau bleu sur l'interaction entre la Cité et ses administrés. Selon une étude du Pew Research Center, 64% des personnes sondées dans 32 pays émergents et en développement estiment qu'Internet a une influence positive sur l'éducation. Une preuve de plus que finalement, l'éveil et la prise de conscience doivent commencer dès la genèse, à l'école.